Ménopause - bouffées de chaleur

La Ménopause : aménorrhée physiologique d’une année, due à l’arrêt de la synthèse et de la sécrétion des hormones ovariennes, œstrogènes et progestérone, entraînant une régression de la libido, sécheresse vaginale et cutanée, bouffées de chaleur, asthénie, insomnie, perte de densité osseuse (ostéoporose), prolapsus et parfois des perturbations psychiques et neuroendocriniennes. Certaines ménopauses sont précoces (avant 40 ans), d’autres iatrogènes. Ces hormones stéroïdes possèdent des récepteurs cellulaires, situés à la surface des cellules hypophysaires, réagissant par rétro-contrôles pour stabiliser les taux d’hormones ovariennes. Le climatère s’accompagne de bouffées de chaleur lors d’une insuffisance des deux hormones, le distinguant d’une ménopause avec subsistance de sécrétions oestrogéniques.


Composants actifs:

L’acide rosmarinique et les composés phénoliques du Salvia Officinalis (Sauge) :
  • Essentiellement antisudorifiques et antipyrétiques (bouffées de chaleur et sudation).
  • Emménagogues, en période de pré-ménopause.
  • Stimulants stomacaux, contribuent également à contenir d’autres effets liés à la ménopause, tels que rétention d’eau, jambes lourdes et irritabilité.

L’acide valérique et notamment les acides sesquiterpéniques de la Valeriane Officinalis (Valériane) exempte de valépotriates :
  • Endiguent notablement l’excès d’émotivité et d’irritabilité nerveuse par sa grande affinité aux récepteurs GABA.
  • Activité sédative sans effet de somnolence, indiqués dans le traitement symptomatique des états neurotoniques.
  • Anxiolytiques reconnus lors de dystonies neurovégétatives, d’états névrotiques ou de strictions précordiales.
  • Engendrent une meilleure récupération mentale et un sommeil de qualité.

Les saponines et glucosides de triterpènes du Cimicifuga Racemosa Actea (Cimicaire à grappes) – Approuvé par la Commission E:
  • Recèlent des phytoœstrogènes améliorant le moral et la qualité du sommeil, ces constituants concourent à réduire la sudation excessive et les effets des bouffées de chaleur, des qualités attribuables à la régularisation de la réponse hormonale de l’hypophyse à la déficience oestrogénique par un effet normalisateur de l’hormone lutéinisante.
  • Interviennent dans la consolidation de l’ossature lors d’ostéoporose en jugulant l’ostéoclastogenèse.
  • Anti-inflammatoire, en stimulant la sécrétion de l’IL-8, sachant que les effets sur les cytokines se fondent sur les modifications d’ARNm à l’exception de l’IL-8.
  • L’acide isoferulique inhibe l’IL-6, le TNF-alpha et le IFN-gamma induisant une action curative lors de rhumatismes et autres maladies inflammatoires.
  • Psycholeptique en activant les récepteurs de sérotonine et son dérivé la NΩ-methylsérotonine.
  • Alternative reconnue par la pharmacopée européenne à la thérapie hormonale de substitution (THS) lors de troubles et symptômes liés à la ménopause et pré-ménopause, syndrome prémenstruel et dysménorrhée.

La casticine et l’agnuside du Vitex Agnus-Castus (Gattilier) :
  • Impliqués dans l’optimalisation du rapport hormonal pondéré par rétrocontrôle - attribuable à une importante activité au niveau de la glande pituitaire.
  • La Commission E reconnaît l’usage du gattilier dans les traitements des irrégularités du cycle menstruel, le syndrome prémenstruel, la mastalgie, la mastite et la mastite sclérokystique.
  • Dopaminergique, en se fixant aux récepteurs D1 stimulant l’adénylate cyclase induisant une augmentation de l’accumulation d’AMPc, ces composés réduisent les effets climataires. La dopamine possède une affinité micromolaire pour les récepteurs D1.

Références: