Stress, surmenage

Le Stress : interaction entre une force et la résistance qui lui est opposée. Le stress mobilise l’organisme en déclenchant une réaction d’alarme palliative induisant la sécrétion de neurotransmetteurs (dopamine et acétylcholine), diverses hormones (adrénaline, cortisol, et noradrénaline), et par certaines modifications du métabolisme énergétique. Lorsque ces réactions palliatives endiguent insuffisamment cette mobilisation, des déséquilibres neuroendocriniens se déclarent et induisent des troubles fonctionnels, métaboliques puis lésionnels. Les déséquilibres endocriniens accablent les hormones thyroïdiennes, corticosurrénales et angiotensine. Cette dernière, une hormone peptidique, contracte les fibres
des vaisseaux et augmente la tension en stimulant la sécrétion d’une autre hormone, l’aldostérone, laquelle règle les mouvements du sodium et du potassium au niveau rénal. Les effets du stress sur l’organisme sont tentaculaires.

Composants actifs:
Le GABA (Acide Gamma Amino Butyrique) :
  • Présent dans plus de 30% des synapses, active les récepteurs ionotropes. Les récepteurs GABA de type A sont des canaux ioniques des membranes neuronales activés par la fixation du GABA, un messager chimique du système nerveux contribuant au contrôle moteur, à la vision, à plusieurs autres fonctions corticales et jouant un rôle fondamental dans les mécanismes de la douleur.
  • Neuromodulateur, inhibe le système dopaminergique central, contribuant à la régularisation des fonctions cognitives.
  • Principal neuromédiateur inhibiteur dans le système nerveux central et périphérique. Les benzodiazépines (diazépam = Valium®) se fixent sélectivement sur les récepteurs GABA-a au niveau d’un site de liaison qui leur est propre et renforcent l’action inhibitrice et calmante du GABA.
  • Provoque l’hyperpolarisation neuronales et diminue la possibilité et la fréquence de décharges, inhibant la communication neuronale lors de surexcitations électriques, sans somnolence diurne ni accoutumance. Les effets distractreurs de l’anxiété et du stress atteignent moins les centres moteurs.

La L-Taurine:
  • Dérivé de la cystéïne, un acide aminé soufré, et en synergie avec la vitamine B6, la taurine est un stabilisant membranaire maintenant la structure et la polarisation cellulaires, améliorant l’incorporation intracellulaire du magnésium engendrant la réduction d’hyperexcitabilité.
  • Neuromodulateur reconnu, réduit la quantité d’adrénaline sécrétée par les glandes surrénales et la quantité de noradrénaline sécrétée par le système nerveux central soumis au stress. Par son activité fixatrice du magnésium, la taurine, en synergie avec la vitamine B6, un précurseur de sérotonine, contrôle le taux de catécholamines et de neurotransmetteurs tout en renforçant l’action du GABA et en réduisant les pertes urinaires de taurine.
  • Anticonvulsif, atténuant les tremblements liés à la fatigue. Son dérivé, l’acamprosate, un agoniste gabaergique, est utilisé pour traiter la dépendance alcoolique.

Le Magnésium :
  • Fondamental à la bonne conductivité, normalise l’influx nerveux en synergie avec la Vitamine B1, essentielle à la production de l’acétylcholine.

L’hypéricine et autres naphtodianthrones de l’Hypericum Perforatum (Millepertuis):
  • Améliorent significativement la qualité du sommeil et augmentent les dispositions psychique et idiosyncrasique, notamment en inhibant la monoamino-oxydase.
Les Vitamines du groupe B augmentent le métabolisme. Combattent les symptômes liés au stress, à la dépression et à certaines maladies cardiovasculaires.

Recherche phyto: